La menace "Tsunami" au Sri Lanka

Le 26 décembre 2004, aux alentours de 6h30 du matin, a déferlé sur les côtes sud du Sri Lanka le pire tsunami de l’histoire du pays.

En 2008

Une vague de 31 mètres s’est fracassée sur la plage, entrant ainsi dans le cœur des villes et dévastant tout sur son passage.
Des milliers de morts, de portés disparus, de maisons explosées et surtout des milliers de vies brisées. La vague n’a épargné personne, ni les locaux, ni les pêcheurs, ni les touristes. Tous logés à la même enseigne.

Cette vague, c’était il y a près de 8 ans maintenant. Le pays a mis de longues années avant de pouvoir se reconstruire, accepter ses morts, éviter les épidémies et repartir de l’avant.

En 2008

Lors de mon premier voyage en 2008, on pouvait encore voir des bateaux au milieu de la route, des « maisons » constituées de seulement 2 murs.
En 2011 et 2012, on ne voit plus de traces. Tout est reconstruit, et les habitations ont même repris leur place sur la plage, les routes sont refaites, comme si rien n’était jamais passé.

Cependant, les cicatrices sont encore dans le cœur de tous les gens. Lorsqu’on est dans le sud de l’île, tous les Sri Lankais ont perdu quelqu’un ou connaissent quelqu’un qui a disparu pendant cette catastrophe naturelle.
Ils ont beaucoup de mal à en parler, on sent que la peur est présente. Je me demande s’ils n’en parlent pas pour ne pas attirer le mauvais sort ou par pudeur.
Beaucoup de Sri Lankais vivant au bord de la mer sont aussi partis vivre dans les terres, dans les hauteurs du pays, pour être sûrs d’être protégés. Ainsi, le frère de Rohitha, venant de Tangalle, habite désormais à Badulla par exemple.

En 2008

Aujourd’hui, le pays (et l'océan Indien plus globalement) a un système d’alerte au tsunami, contrairement en 2004. Ainsi, lors du séisme du 13 avril dernier, toutes les côtes ont été évacuées, tous les habitants sur place étaient alertés sur le risque encouru. Il n’y a pas eu de mouvements de panique selon les médias sri lankais et mes amis sur place, mais personne n’était serein. Imaginez, un nouveau drame humain (qui serait dans une moindre mesure théoriquement mais tout de même présent) et devoir tout reconstruire une nouvelle fois, 8 ans après, alors que le pays commence tout juste à s’en sortir ? Le cauchemar...

Monument dédié aux victimes dans le sud de l'île

Par chance, le séisme était « horizontal » et non « vertical » comme en 2004, la vague attendue était haute de … 10cm !
Je vous avoue avoir eu très peur, je n’ai pas respiré pendant des heures, scotchée à mon téléphone pour avoir les nouvelles en direct. J’avais peur pour mon pays de cœur, mais surtout peur pour mes amis vivants sur le bord des plages à Tangalle.


Par sa situation géographique, située sur la plaque indienne qui entre en collision avec la plaque indonésienne, des séismes et donc des tsunamis peuvent se reproduire, bien qu'ils soient rares. Mais quand ? Impossible de prévoir… Donc en attendant on vit, on profite de la vie, et on verra bien le sort que la nature réservera à l’île, telle est la philosophie sri lankaise :)

Labels: , , , , ,