En route pour le nord du Sri Lanka !

Ayubowan à tous !

Aujourd'hui, je laisse la parole à Marie-Jeanne, une passionnée du Sri Lanka et une fidèle lectrice du blog. Notre auteure du jour a fait de nombreux voyages au Sri Lanka, notamment certains dans un but associatif (la page Facebook de l'association est ici).

Marie-Jeanne prend donc sa plume pour vous parler du Nord du Sri Lanka. Une petite série d'articles est à venir pour vous présenter cette belle région, à majorité habitée par les Tamouls et encore trop méconnue des touristes (c'est une zone qui a longtemps été coupée du pays de part la guerre civile entre Cinghalais et Tamouls).

Bonne lecture à tous et bienvenue + un grand merci à Marie-Jeanne ! :-)

-------------------------
Par Marie-Jeanne


Je connais le Sri Lanka depuis 1989 ! C’est mon 8ème séjour à titre associatif ou familial. Cette fois, il sera en famille pour 2 semaines entrecoupées d’une semaine d’associatif.

Nous avions parcouru beaucoup de lieux, vécu toutes sortes d’émotions, sans jamais pouvoir aller plus au Nord que Vavuniya.

Cette fois-ci il est temps de s'y rendre : la guerre est officiellement finie depuis 2009, et tout est accessible 5 ans après.
NDLR : depuis octobre 2014, il faut désormais une autorisation pour se rendre dans le nord, plus d'informations ici

Vavuniya et la savane de l'ancienne "Tigerland" au Sri Lanka


Nous partons à 3 dans une voiture (une Peugeot !) avec un chauffeur qui connait bien les lieux, sous le couvert d’un ami tour opérateur local.

Après Vavuniya, le long de l’A9 après avoir longé un immense réservoir, nous escaladons un gros rocher (socle précambrien pour les amateurs de géologie…) et tout en haut, nous sommes presque seuls dans un temple bouddhiste (Isenbessagala).




Battu par les vents, il offre une sérénité coutumière mais aussi une vue imprenable sur la savane de l’ex « Tigerland ».

Tout est réuni pour réfléchir encore au passé récent de cette zone.

Le long de l’A9, les checks points (postes de contrôles) ne sont plus qu’un souvenir, et ils sont devenus de simples cahutes inhabitées.


Néanmoins 15 000 soldats sont encore présents dans le nord : quelques camps et traces de guerre, on a du mal à imaginer que la région était densément peuplée avant la guerre civile.

Des temples hindous égayent le long trajet de l’A9 ainsi que les vaches (que l’on ne voyait presque plus dans le centre et le sud de l'île), les vélos surchargés et les camions colorés.




Kilonicchi : ancienne capitale administrative des Tigres Tamouls


Un gigantesque monument aux morts nous accueille, à la gloire des « soldats du Sri Lanka libérateurs de l’emprise des LTTE sur la population tamoule de la région ».
Nous assisterons à une relève de la garde avec des militaires superbement harnachés stoïques sous un soleil de plomb.


La ville, fortement endommagée, fait visiter son château d’eau bombardé et mis à terre durant les combats. La zone a été reprise par l’armée en 2009


Au nord de Killonicchi, la route bifurque vers Mullaitivu (ancienne base navale des LTTE et dévastée par le tsunami) mais nous resterons sur l’A9, où se trouve un nouvel espace commémoratif d’un soldat « kamikaze » qui a fait exploser un tank libérant le passage vers Jaffna.


Nous n’y verrons aucun touriste (comme dans toute cette zone…), mais par contre beaucoup de locaux avec leur famille, semblant sincèrement apprécier cet endroit à visiter.

L'Elephant pass ou la porte de Jaffna !


Puis nous continuons en direction l’Elephant pass : la sécheresse terrible de cette année 2014 (9 mois sans eau...) ne nous permet pas d’apprécier comme il devrait ce kilomètre de jetée au milieu des marais salants, seul point géographique reliant la péninsule de Jaffna au reste du Sri Lanka (également le siège de batailles acharnées).



Un petit arret dans un bar de bord de route nous permet de manger… pour deux fois rien !!! Je vous laisse les prix de la carte et à vos calculettes (1 €uro = 170 roupies sri lankaises durant le séjour).


Aujourd’hui, le long des derniers kilomètres, se trouvent encore des zones de déminage et de nombreux véhicules et bâtiments de nombreuses associations et organisations humanitaires telles que l'UNICEF, l'UN ou encore la Croix Rouge.

zone en cours de déminage

En quelques heures nous voilà bien dépaysés, réfléchissant sur tout ce que l’on croyait avoir compris.

Nous avons été contrôlés qu’une seule fois pendant ce périple dans le nord, au retour vers Mankulam (à 40 kilomètres de Vavuniya).

Le nord du Sri Lanka est réellement en paix aujourd'hui, même si les jeunes d’une trentaine d’années ici avouent ne pas savoir comment vivre avec cette paix : ils n’ont connu que la guerre.


Nous apprendrons que deux mois après notre passage, le nord n’est plus accessible sans une autorisation spéciale du ministère de la Défense. 
N’hésitez pas cela en vaut la peine… car ce n’est que l’approche !

                                               Marie Jeanne, Alain et Pathum


-------------------------

Si vous avez aimez cet article, n'hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux !

Et les Tongs au Sri Lanka comptent sur votre soutien en likant la page Facebook (clic)
et/ou en me suivant sur Twitter ! Merci :-) 

Labels: , , , , , , , ,